Villes et mobilités

Enjeux

Mondialisation, changements globaux et urbanisation croissante. Comment ces phénomènes ineragissent sur les milieux urbains ?

La période contemporaine est marquée par trois processus interdépendants : une urbanisation planétaire qui a déjà atteint un niveau inédit dans l’histoire et qui continue de s’élever rapidement, des changements environnementaux globaux (changements climatiques, raréfaction et appauvrissement des terres arables, épuisement de certaines ressources naturelles essentielles aux activités humaines, pollution endémique des milieux, diminution de la biodiversité…) et une mondialisation croissante des échanges (de biens, de personnes et de flux immatériels).

Les villes, dans leur développement comme dans leur fonctionnement, sont consommatrices d’espaces, d’énergie, de matières et de ressources naturelles, affectant significativement la qualité des milieux.Les conditions de vie urbaines suscitent une forte demande sociale pour l’amélioration du cadre de vie (bruit, pollution de l’air, qualité des eaux) et des services (mobilité, loisirs). Et les systèmes urbains sont vulnérables aux aléas (inondations, tempêtes, pollutions, incendies, accidents industriels) et aux changements globaux, climatiques ou démographiques. Dans le même temps, l’inventivité des sociétés urbaines et les processus d’urbanisation eux-mêmes offrent des ressources considérables pour répondre aux défis du développement durable.

Dans cette perspective, il nous paraît essentiel d’étudier, d’une part, les espaces urbanisés comme des milieux en eux-mêmes, d’autre part, le fonctionnement des systèmes urbains dans leurs relations avec l’environnement à différentes échelles spatiales et temporelles. Et pour ce faire, de privilégier les approches systémiques et interdisciplinaires.

Cookies de suivi acceptés