Preprints : une forme recevable de communication scientifique

Les alliances AllEnvi et AvieSan et l’ensemble de leurs membres déclarent reconnaître le preprint comme une forme recevable de communication scientifique. Elles invitent les instances d’évaluation et de financement de la recherche à adopter une politique similaire et à reconnaître les preprints comme des contributions au progrès scientifique.

See English version

Depuis plus de deux décennies, les communautés de physiciens, de mathématiciens et d’informaticiens pratiquent, de manière complémentaire à la publication d’articles scientifiques selon les modalités classiques, la diffusion de manuscrits avant leur évaluation par les pairs (preprints, en anglais). Un serveur comme arXiv.org  a grandement contribué à ce phénomène qui accélère et fiabilise le processus de diffusion de la connaissance, au bénéfice tant des communautés de recherche que de la société.

L’usage de preprints reste en revanche marginal dans la communauté des sciences de la vie, malgré l’introduction et la progression récentes de l’usage de serveurs comme BiorXiv.org  ou PeerJ Preprints . Début 2016, le colloque ASAPBio  (Accelerating Science and Publication in Biology) a souligné la nécessité de valoriser les preprints dans l’ensemble du système de production de connaissances : citation, évaluation, recrutement, promotion, etc.

Les alliances AllEnvi et AvieSan , soucieuses de ne pas décourager un mouvement potentiellement bénéfique pour les progrès scientifiques, déclarent reconnaître le preprint comme une forme recevable de communication scientifique, particulièrement pour les résultats de la recherche fondamentale. Leur production peut donc être prise en compte, selon des modalités propres, dans les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion des chercheurs ainsi que dans la gestion des collectifs ou l’évaluation des projets.

Pour être recevable le preprint doit être placé, ainsi que ses versions successives et ses annexes le cas échéant (liens vers les données, les commentaires des pairs en cas de revue ouverte, etc.), sur un serveur communautaire ou institutionnel reconnu pour assurer notamment les services suivants :

  1. Attribution d’un identifiant numérique unique type DOI (digital object identifier) ;
  2. Accessibilité libre (moyennant un accès à Internet) ;
  3. Usage d’un format accessible à la fouille de texte et de données ;
  4. Plus généralement, respect des principes FAIR (Findable / Accessible / Interoperable / Reusable) d’accès aux données et connaissances scientifiques.

En outre, les alliances et leurs membres soulignent que :

  • Les preprints et les publications constituent deux formes de production scientifique; ils devraient donc être distingués dans les dossiers scientifiques.
  • Le statut de chaque preprint au regard des processus de validation par les pairs doit être clair pour chacun et notamment pour les lecteurs les moins avertis des pratiques du monde académique.
  • La date de diffusion du preprint vaut date d’antériorité de la découverte qu’il relate; pour cela elle doit pouvoir être certifiée.
  • La publication des recherches cliniques et environnementales en preprints ne peut être envisagée qu’avec la prudence requise en fonction de leur impact potentiel.

Les alliances et leurs membres invitent les instances d’évaluation et de financement de la recherche (agences, comités, etc.) à adopter une politique similaire dans le cadre de leurs missions respectives, et à reconnaître les preprints comme des produits de la contribution des individus et des collectifs au progrès scientifique. Cette reconnaissance se généralise au niveau international. Quelques exemples de politiques d’établissements et de financeurs sont disponibles sur le site du collectif ASAPBio . Les alliances rejoignent la communauté ASAPBio pour participer activement à la définition des conditions d’usage des preprints et notamment à l’élaboration du cahier des charges de l’écosystème des serveurs de preprints et de sa gouvernance, des droits d’accès aux preprints, etc.

Les alliances et leurs membres invitent les auteurs à s’assurer que leurs travaux auront la possibilité d’être expertisés par des pairs, et publiés dans un journal consécutivement à la pré-publication. De leur côté, les revues scientifiques doivent s’engager à considérer comme recevables les manuscrits préalablement diffusés sous forme de preprints.

---------------------------------  English version  ---------------------------------

Preprints are a valid form of scientific communication

For over two decades, the Physics, Mathematics and Computer Science communities disseminate their manuscripts before peer review (known as preprints), as a complement to the publication of scientific articles according to the classical standards, in order to accelerate and consolidate the dissemination of knowledge for the benefits of research communities as well as for society more broadly. The arXiv.org  server, for example, has greatly contributed to this phenomenon.

However, the use of preprints remains marginal in the Life Sciences, despite the recent introduction and progress of servers such as BiorXiv.org  or PeerJ Preprints . In the beginning of 2016, the ASAPBio meeting  (Accelerating Science and Publication in Biology) underlined the need to valorize preprints in the entire system of knowledge production: citation, evaluation, recruitment, promotion, etc.

Consequently, the alliances AllEnvi and AvieSan, in order not to discourage a movement with potential benefits for scientific progress, declare that they recognize preprints as a valid form of scientific communication, especially for the results of basic science. Their production should thus be taken into account, in a specific manner, in the processes of hiring, evaluation and promotion of researchers as well as in the management of laboratories or in project evaluation.

To be valid the preprint must be published, as well as its successive versions and its annexes if necessary (links to data, peers’ comments in the case of open review, etc.), on a community or institutional server that ensures the following services:

  1. Allocation of a unique digital identifier e.g. a DOI (digital object identifier);
  2. Open access (for readers with Internet access);
  3. Use of a format compatible with text and data mining;
  4. Following more generally the FAIR principles (Findable / Accessible / Interoperable / Reusable) of access to data and scientific knowledge.

In addition, the alliances and their members emphasize that:

  • Preprints and publications are two forms of scientific production; they must be considered separately in scientific dossiers.
  • The status of each preprint regarding the peer validation process must be made clear for everyone including readers less familiar with the academic practices.
  • The publication date of the preprint, which must therefore be certified, is a valid date of anteriority of the phenomenon it relates.
  • Publishing clinical and environmental studies as preprints should be conducted with the required caution due to their potential impact.

The alliances and their members encourage evaluation and funding agencies and committees to adopt a similar policy in the context of their respective missions, and to recognize preprints as individual and collective contributions to scientific progress. Adoption of such policies is becoming increasingly common internationally. Some examples of policies (from universities, funding agencies, etc.) are available on the ASAPBio web site . The alliances join the ASAPBio community to participate actively in defining the conditions of use of preprints and especially the specifications of the ecosystem and governance of preprint servers, preprint licensing, etc.

Les alliances and their members invite authors to ensure that their manuscripts can be reviewed by peers and eventually published in a scientific journal. Furthermore, scientific journals must commit to consider manuscripts previously disseminated as preprints as admissible material for submission.

Publiée : 17/10/2017

Cookies de suivi acceptés