Pourquoi avons-nous besoin des abeilles ?

Pourquoi avons-nous besoin des abeilles ? C'est le thème de la septième conférence-débat des mercredis du Pavillon de la France.

Intervenants Michel AUBERT & Axel DECOURTYE  -  Animateur Pierre-Yves BULTEAU

Mercredi 3 juin de 11h à 12h30 

Les abeilles sont des championnes de la pollinisation. En transportant le pollen de fleur en fleur, on estime qu’elles participent à la fécondationd’au moins 200 000 espèces de plantes et que, sans elles, le risque serait réel de voir disparaitre nombre de fruits et de légumes de nos assiettes.

Loin de ce scénario catastrophe, l’abeille domestique et les pollinisateurs sauvages sont néanmoins aujourd’hui menacés. Les causes du déclin des populationssont multiples : simplification des paysages, appauvrissement de la flore, épandages de produits chimiques (engrais, pesticides…), maladies contagieuses, y compris exotiques, mal soignées du fait d’absences de solutions thérapeutiques, arrivée d’espèces envahissantes…. Alors, demain les abeilles auront-elles disparues à cause de l’homme ?

Pour sortir des débats souvent trop simplistes, ou caricaturaux, Messieurs Michel AUBERT et Axel DECOURTYE interrogés par Monsieur Pierre-Yves BULTEAU, répondront aux questions des participants après avoir préalablement fourni les clefs permettant de mieux comprendre le contexte et les enjeux des débats.

Michel AUBERT a été directeur du Laboratoire national de recherches vétérinaires de Nancy, spécialisé dans les maladies des animaux sauvages (dont la rage), puis de celui de Sophia-Antipolis spécialisé dans les maladies des abeilles. Il a coordonné plusieurs projets de recherche européens dans ces deux domaines. Il est aujourd’hui retraité et expert indépendant en prophylaxie des maladies animales.

Axel DECOURTYE est directeur scientifique et technique de l’ITSAP-Institut de l’abeille. Il est également responsable pour l’ACTA (réseau des instituts des filières animales et végétales) de l’unité mixte technologique Protection des abeilles dans l’environnement (PrADE), entre l’ACTA, l’ADAPI, le CETIOM, l’Inra et l’ITSAP-Institut de l’abeille.

Cookies de suivi acceptés