L’agriculture irriguée : bénéfices et risques

L’agriculture irriguée : bénéfices et risques. C'est le thème de la 33e conférence-débat des mercredis du Pavillon de la France.

Intervenant Thierry RUF  -  Animatrice Aline RICHARD

Mercredi 2 septembre de 11h à 12h30

Les plantes sont cultivées selon différents régimes de gestion de l'eau, allant du simple travail du sol pour accroître l'infiltration des pluies jusqu'aux technologies d'irrigation et méthodes de gestion de pointe. Les terres irriguées, qui couvrent 20% des terres cultivées, assurent environ 40% de la production agricole totale. Les agriculteurs arrosent les cultures pour stabiliser et accroître les rendements, ou augmenter le nombre de récoltes par an. En moyenne, l'irrigation permet de multiplier les rendements par deux ou trois. Toutefois, elle peut aussi avoir des effets négatifs sur l'environnement, entraînant notamment la salinisation des sols et la surexploitation de certaines ressources en eau ou des impacts indirects sur la biodiversité.

Du fait de pressions croissantes, venant de la concurrence pour l'utilisation de l'eau et des impératifs écologiques, l'agriculture se trouve obligée de « produire plus avec moins d'eau » et avec un impact réduit sur l'environnement. Il s'agit là d'un défi de taille, qui exige que la gestion de l'eau pour l'intensification durable anticipe une agriculture de précision, plus intelligente, prenant également en compte la demande en eau variable des différentes espèces et variétés cultivées. La gestion de l'eau en agriculture devra également être mieux à même de rendre compte de son utilisation en termes économiques, sociaux et environnementaux.

Pour sortir des débats souvent trop simplistes, ou caricaturaux, Monsieur Thierry RUF, interrogé par Madame Adeline RICHARD, répondra aux questions des participants après avoir préalablement fourni les clefs permettant de mieux comprendre le contexte et les enjeux des débats.

Thierry RUF est géographe, directeur de recherche à l’IRD au sein de l’UMR Gred (Gouvernance risques environnement et développement). Spécialiste de l’eau en milieu rural, il est reconnu non seulement en France mais également à l’échelle internationale. Il est également professeur consultant à Supagro Montpellier et membre d’Agter.

Cookies de suivi acceptés