Le bio peut-il nourrir le monde ?

Le bio peut-il nourrir le monde ? C'est le thème de la première conférence-débat des mercredis du Pavillon de la France.

 Intervenant Marc BENOIT  -  Animateur Bernard CHEVASSUS

 Mercredi 13 mai de 11h à 12h30
 CinéMagenta63 - Institut français Milano – Palazzo Delle Stelline - Corso Magenta, 63 - Milano

Alors qu’en 2050 la terre comptera probablement près de 10 milliards de bouches à nourrir, l’agriculture intensive usant abondamment d’engrais minéraux, de pesticides chimiques et d’antibiotiques atteint certaines limites : perte de biodiversité, perte d’efficacité des molécules chimiques et antibiotiques, épuisement des ressources en phosphore et en énergie, dégradation des ressources en eau, etc. Face à ces constats, nombreuses sont les voix qui s’élèvent aujourd’hui pour prôner le recours à l’agriculture biologique.

Ce mode de production qui proscrit le recours aux engrais chimiques, aux pesticides de synthèse et limite très fortement l’usage des antibiotiques, pourrait-il, à terme, se substituer à l’agriculture dite « conventionnelle » et répondre aux besoins alimentaires de l’ensemble des populations de la planète ? Quels en sont les avantages et inconvénients, tant en matière d’environnement, que de caractéristiques des produits ? Quelles  seraient les conditions et les limites d’une conversion au bio à très grande échelle, et quelles en seraient les conséquences plus globales pour la société ? Que sait-on aujourd’hui sur ce sujet et quels sont les points qui font objet de débats, ou controverses ?

Pour sortir des débats souvent trop simplistes, ou caricaturaux, Marc Benoit, interrogé par Bernard Chevassus, répondra aux questions des participants après avoir préalablement fourni les clefs permettant de mieux comprendre le contexte et les enjeux des débats.

Marc BENOIT est économiste, ingénieur de recherche à l’Inra de Clermont-Ferrand Theix. Il travaille depuis quinze ans sur l’agriculture biologique et est, notamment, codirecteur du Comité interne de l’agriculture biologique (Ciab) de l’Inra et membre du CSAB (Conseil scientifique de l'agriculture biologique).

Cookies de suivi acceptés