Les Systèmes d’observation et d’expérimentation au long terme pour la recherche en environnement

Que sont les Soere ?

AllEnvi a entrepris depuis sa création de structurer en réseaux les dispositifs élémentaires d’observation par une labellisation des Systèmes d’observation et d’expérimentation pour la recherche en environnement ou Soere.

Ces dispositifs nationaux ont comme objectifs de poser les fondements de nouvelles infrastructures nationales, sinon de s’intégrer dans des infrastructures nationales de recherches déjà inscrites dans la feuille de route nationale.

La démarche « Observation‐Expérimentation‐Modélisation » constitue le socle des sciences de l’environnement. Cela nécessite un ensemble d’infrastructures de haute qualification scientifique et technologique dont certaines sont déployées sous forme d’observatoires et d’autres sous forme d’expérimentations in natura.

Ces réseaux sont organisés pour répondre aux grandes questions scientifiques sur l’environnement dans les différents compartiments du système Terre ainsi que dans leurs interfaces et présentent pour cela une grande variabilité spatiale et temporelle des observations avec différentes échelles de temps et d’espace ainsi que des milieux et habitats étudiés très variables. Elles nécessitent également un investissement sur le long terme, indispensable pour la connaissance et la modélisation des grands processus physiques, chimiques, biologiques et humains à l’œuvre dans les milieux étudiés, mais aussi nécessaire au développement de services opérationnels de suivi et à la surveillance de l’évolution des zones les plus sensibles.

Ces dispositifs nationaux d’observation et d’expérimentation ont une exigence de qualité des données, des efforts d’instrumentation, de pérennisation et d’accessibilité des données. Les objectifs de la mise en réseau par le biais des Soere sont de renforcer la logique intégrative de l’observation de variables liées ou complémentaires, l’effort de construction des référentiels de mesures et d’indicateurs dans une logique de généricité permettant la comparaison aux échelles larges. Il s’agit également d’adosser des Systèmes d’information à ces dispositifs avec en toile de fond les questions récurrentes de partage, d’interopérabilité entre bases de données et de représentativité des données, en synergie avec les initiatives nationales de pôles de données dans chaque grand domaine.

Ces réseaux visent enfin à constituer des corpus de données et produire des démarches qualifiantes essentielles à leur utilisation par différents acteurs, dont les acteurs opérationnels. Dans ce domaine, les Soere doivent mettre l’accent, lorsque cela est possible, sur les bases de données couplant des données biophysiques, biologiques et socio‐économiques pour l’étude d’interactions, voire de rétroactions complexes, du couplage entre les milieux, les compartiments et les facteurs anthropiques, cela afin de dégager une compréhension fine des processus à l’œuvre.

Cookies de suivi acceptés