Moose - Mediterranean Ocean Observing System on Environment

Alors que le bassin méditerranéen est menacé dans ses équilibres écologiques, ressources exploitables et systèmes hydriques, Moose pérennise les séries temporelles, harmonise les stratégies d’observations et met en œuvre des moyens de mesure modernes et automatisés pour une observation couplée océan-atmosphère et une augmentation des données en temps réel.

Problématique

Le bassin méditerranéen pris dans son ensemble, i.e. incluant ses mers et ses surfaces continentales adjacentes, a de tout temps constitué une zone politiquement critique par les enjeux sociétaux que ce berceau des civilisations porte. Subissant des pressions anthropiques croissantes, elle est aujourd’hui devenue un environnement menacé tant du point de vue de ses équilibres écologiques que de ses ressources exploitables et des systèmes hydriques qui le font vivre. En dépit des efforts de recherche intensifs entrepris dans la zone méditerranéenne sensu lato depuis plus d’un siècle, une vision intégrée du fonctionnement de ce bassin fait toujours défaut pour répondre aux prévisions de son évolution et aux problèmes de gestion durable qu’elle soulève.

Objectifs

MOOSE constitue un réseau d’observation, multi-site et intégré, entre les trois Observatoires des Sciences de l’Univers méditerranéens : Banyuls (UPMC), Marseille (Université de la Méditerranée) et Villefranche (UPMC) et les unités mixtes de recherche CEREGE (Université Paul Cézanne, CNRS-INSU), CEFREM (Université de Perpignan, CNRS-INSU), LSEET (Université de Toulon et du Var ; CNRS-INSU), LOCEAN (Université Paris VI, CNRS-INSU), LSCE (Université de Versailles, CNRS-INSU), en collaboration avec l’IFREMER et MétéoFrance, afin d’observer sur le long terme les effets du changement climatique et ceux induits par les activités anthropiques en Méditerranéenne Nord-Occidentale.

L’objectif premier est de pérenniser les séries temporelles, d’harmoniser les stratégies d’observations entre les laboratoires, de mettre en œuvre des moyens de mesures modernes et automatisés pour une observation couplée océan-atmosphère et d’augmenter significativement le flot de données temps réel afin de mieux contraindre les modèles climat-océan et ceux liés à l’océanographie opérationnelle. Enfin, avec l’aide des modèles, MOOSE doit apporter les données indispensables à l’établissement de scénarios « du futur » qui permettront d’explorer l’évolution de la Méditerranée en réponse au changement climatique et aux pressions anthropiques, permettant ainsi de proposer des adaptations.

 

Le Soere MOOSE s’appuie :

1)  sur un réseau de mesures marines à partir de plateformes fixes (bouées de surface, lignes de mouillage profondes) et mobiles (navires, gliders, flotteurs dérivants),

2)  et de sites continentaux pour le suivi des fleuves, les apports atmosphériques et la courantologie de surface par télédétection radar.

Les mesures portent à la fois sur 1) Les échanges air-mer (flux radiatif et apports atmosphériques), 2) la distribution et l’évolution des composés véhiculés par les fleuves en parallèle aux observations biogéochimiques en milieu marin, 3) la caractérisation des masses d’eau et la courantologie, et 4) le suivi des communautés biologiques

Le fonctionnement du programme d’observation MOOSE est assuré par 2 coordinateurs :

Patrick RAIMBAULT pour la composante nationale du réseau et Laurent MORTIER pour l’ouverture à l’international et le développement de nouvelles technologies

Patrick Raimbault, Directeur de Recherche au CNRS. Actuellement Directeur adjoint du centre d’Océanologie de Marseille, il a développé une plateforme d’observation sur le littoral marseillais en relation avec les collectivités locales et territoriales.
Centre d’Océanologie de Marseille – LMGEM, Campus de Luminy. 13288 Marseille cedex 09
patrick.raimbault@univmed.fr 04 91 82 91 38

Laurent Mortier, Professeur à l’ Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées. Il est actuellement moteur en France et en Europe pour la mise en place de la technologie ‘glider’ et des infrastructures importantes qu’elle suppose.LOCEAN Tour 45-55 4ème étage. 4, place Jussieu. PARIS CEDEX 05
mortier@locean-ipsl.upmc.fr 01 44 27 72 75

Partenaires

Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-mer (OOB)
CEntre de Formation et de Recherche sur l’Environnement Marin (CEFREM)
Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE)
Centre d’Océanologie de Marseille (COM)
Laboratoire de Sondages Electromagnétiques de l’Environnement Terrestre (LSEET)
Observatoire Océanologique de Ville franche/mer (OOV)
Laboratoire d’Océanographie et du Climat: Expérimentation et Approches numériques mer (LOCEAN)
Laboratoire des Sciences du Climat et l’Environnement (LSCE)
INSU-CNRS
Université de Perpignan – Université de la Méditerranée – Université Paul Cézanne – Université de Toulon et du Var – Université de Paris VI – Université de Versailles
IFREMER – METEOFRANCE – IRSN
CIESM

Programmes associés

  • SOMLIT : Service d’Observation en Milieu Littoral
  • MISTRALS : Mediterranean integrated STudies at Regional And Local Scales) : programmes (HYMEX, MERMEX, CHARMEX)
  • SNOCO: Service National d’Océanographie Côtière Opérationnelle
  • JERICO : Towards a joint European infrastructure network for coastal observatories
  • EMSO : European Multidisciplinary Sea Observatory
  • HOMERE : Hommes – Milieux – Environnements –cultuREs
  • Appel d’offre européen FP7 : Ocean for tomorow : Projet PERSEUS
  • GMMC : Groupe Mission Mercator Coriolis
  • CIESM The Mediterranean Science Commission

Cookies de suivi acceptés